A l'heure où j'arrive péniblement au terme de ma recherche (ma thèse pour ceux qui débarqueraient ici pour la première fois et/ou qui n'auraient pas suivis les épisodes précédents), je suis torturée par l'intérêt de celle-ci, ou plutôt son non-intérêt et ça suscite chez moi des réflexions sur l'innovation en général.
Assaillie par les doutes qui doivent assaillir tous ceux qui s'apprêtent à révéler au monde entier (euhhhh surtout à la poignée de farfelus qui s'y intéressera de gré ou de force...surtout de force d'ailleurs) le fruit de leur réflexion, quel qu'en soit le support, je me demande quel va être la destinée de ce travail...Combien de thèses, d'innovations, de théories, d'inventions ou de réflexions finissent sur une étagère tel un bibelot hérité de sa grand mère dont on a que faire...mais dont on a du mal à se séparer.
Et pourtant d'autres connaissent des destinées fabuleuses...et en matière culinaire, on connaît le fabuleux destin du coulant au chocolat.
Je suis sûre que vous avez tous une recette de coulant, moelleux, fondant....que vous l'avez tous testé une fois au moins...que vous avez échangé des "trucs" pour réussir le coulant comme y insérer un carré de chocolat...que vous vous êtes cassé les dents sur la réussite d'un dessert qui paraît pourtant si simple (le démoulage est toujours cela dit une opération délicate)...Et figurez vous que toutes ces recettes cherchent à imiter le dessert créé un jour (enfin...un jour...façon de parler car j'ai lu quelque part qu'il a fallu deux ans de recherche pour mettre ce dessert au point) par un certain... Michel Bras... ceux qui s'intéressent à la cuisine ont, j'en suis sûre, entendu parler de ce chef brillantissime...mais la plupart d'entre nous n'attribuent pas la paternité de leur recette au chocolat fétiche à ce chef...quand la création dépasse le créateur, je crois que l'on peut dire que le travail a eu une belle destinée....
Alors cette façon de procéder est certes plus fastidieuse que votre recette habituelle, j'en suis sûre...mais je ne vous apprends rien si je vous dit que l'on a rien sans rien mes amis...
C'est sur qu'on est loin de la recette prête en dix minutes cuisson comprise...MAIS...essayez là...juste pour rendre hommage à son créateur...

P1050231

Mi-cuit coulant au chocolat
Source : Michel Bras, la recette et les explications ici
avec aménagements
Pour 6 personnes

Durée : 30 mn de préparation ; sur deux jours ; 20 mn de cuisson
Coût : tout dépend de la qualité du chocolat

Pour la ganache (la veille)
120 g de chocolat de couverture (Caraïbe pour moi)
200 g de crème liquide
50 g de beurre

Il est indiqué de faire fondre le chocolat avec le beurre et la crème. Pour ma part j'ai fait comme d'habitude pour les ganaches : Faites fondre le chocolat au bain marie, ajoutez le beurre et lissez bien. Puis ajoutez la crème liquide bouillante en trois fois en émulsionnant (comme pour une mayonnaise).
Quand la ganache commence à prendre, versez dans un bac à glaçons ou des moules à bouchées en silicone et congelez. Pour ma part j'ai obtenu 12 "glaçons" de ganache. Pas grave...ce sera prêt pour une prochaine fois.

Pour le biscuit (6h avant)
110 g de chocolat de couverture
50 g de beurre
40 g de maïzena
40 g de poudre d'amande
2 oeufs (blancs et jaunes séparés)
90 g de sucre semoule

Faites fondre le chocolat au bain marie. Hors du feu ajoutez, le beurre à température. Lissez, puis ajoutez la poudre d'amande, la maïzena et les jaunes.
Montez les blancs en neige. Serrez-les avec le sucre, puis ajoutez délicatement à l'appareil au chocolat.
Si vous trouvez la manière de procéder indiquée sur le site un peu compliquée (ici), utilisez des moules en silicone de bonne qualité pour que cela n'accroche pas (perso...je ne jure que par les flexipan...je sais ils sont cher mais ça n'a rien à voir avec ceux du commerce). Déposez du biscuit (la pâte) au fond du moule en silicone, puis insérez la ganache congelée et recouvrez de biscuit. Réservez au congélateur 6 heures.
Sur le moment, enfournez (congelé) 20 mn dans un four préchauffé à 180°. Le temps dépendra du four, pour moi c'était parfait.
Au premier essai le démoulage a été un peu délicat, mais la deuxième fois tout s'est très bien passé.

Verdict : c'est vrai que c'est un peu long...mais franchement le coulant est parfait, le dosage du sucre idéal et en plus rien ne nous empêche d'en préparer une certaine quantité et de les garder au congel!!   

Pour compléter :
J'ai pas l'habitude de vous conseiller des vins, parce que 1/ j'y connais pas grand chose en dehors du j'aime/j'aime pô 2/ l'abus d'alcool est dangereux pour la santé...bla bla... à consommer avec modération (ce qui se fait sans mal vu le prix de certaines bouteilles) 3/ c'est suffisant comme raison, non?
Mais ça fait un moment que j'avais envie de goûter ces vins atypiques réputés pour leur alliance réussie avec le chocolat...alors bien évidemment je ne peux que vous recommander AVEC MODÉRATION hein...allez pas dire que je vous ai poussé...ce Mas Amiel 10 ans d'âge

P1050217_bis P1050177_bis

Et puis si vous cherchez une autre tuerie chocolatée d'un autre grand chef? essayez la truffade de Philippe Delacourcelle...c'est un jeu d'enfant