Je suis persuadée que certains doivent se demander ce qu'il m'arrive... trois recettes postées en moins d'une semaine, ce qui correspond à peu près à ma production de ces six derniers mois... c'était inespéré!!
Qu'ils se rassurent, je ne suis pas malade.
Je peux naturellement trouver tout un tas d'excuses pour justifier ma désertion de ces pages : un travail temporaire dans l'hiver qui m'a beaucoup occupée, un peu plus de fatigue qu'en temps normal, ou tout simplement la future mini-miss Mets aventures qui occupait déjà toutes mes pensées.
Mais pour être parfaitement honnête, la raison est ailleurs.
J'ai ouvert ce blog au beau milieu de l'écriture de ma thèse, et je crois qu'au delà de la simple communication de ma passion pour la cuisine ou de la tenue rigoureuse d'un joli carnet de recettes virtuel, ces pages me sont apparues comme une fenêtre grande ouverte aérant la pièce close dans laquelle le travail de thèse m'avait enfermé. Il ne s'agissait pas simplement de m'évader par la cuisine, mais aussi de prendre du plaisir à l'écriture qui m'était devenue si pénible. Cet espace de liberté totale m'a sans nul doute permis de supporter les contraintes de la recherche dans laquelle je m'étais lancée.
Aussi, la soutenance de la thèse à l'automne dernier ne marquait-elle pas la fin naturelle et légitime de Me(t)s aventures?
J'ai bien sûr songé à mettre la clé sous la porte. Le besoin d'écrire n'était pas succédé par la simple envie, alors pourquoi dans ces conditions se forcer?
Mais j'ai préféré me donner du temps. Le temps que le blog trouve une autre raison d'exister, un autre rythme, peut-être une autre formule...
Peut-être ce temps est-il venu aujourd'hui...
Hasard ou volonté inconsciente je ne saurais vous dire, mais toujours est-il que je vous propose aujourd'hui une recette de confiture...or c'est une recette de confiture qui avait marqué l'ouverture de ce blog... n'y voyez pas là, le point final, mais plutôt la fin d'un cycle et le début d'un autre...

Pour ceux qui auraient raté l'acte 1 et les raisons de mon envie de fraises ou l'acte 2, c'est ici et .

2009_06_11_0569_bis 2009_06_11_0572_bis

Confiture de fraises à la rhubarbe
Pour 3/4 pots (selon la taille)
Coût : €
Durée : 30 mn de préparation ; une nuit de macération ; 20/30 mn de cuisson

1 kg de fraises (nettoyées)
1 kg de rhubarbe (nettoyées et épluchées)
1 kg de sucre cristal
le jus de 1 citron

Nettoyez la rhubarbe, épluchez là et coupez là en tronçons. Nettoyez les fraises et coupez les en morceaux si elles sont grosses.
Mettez les dans un saladier avec le sucre et laissez macérer quelques heures ou la nuit.
Le lendemain : transvasez les fruits dans un confiturier ou une grande casserole et ajoutez le jus de citron. Cuire à feu vif jusqu'à l'ébullition. Baissez alors le feu et poursuivez la cuisson une bonne quinzaine de minutes sans cesser de remuer.
Pour vérifier la cuisson de la confiture, versez une goûte de confiture sur une soucoupe passée quelques minutes au congel, penchez là : si la goûte fige, la confiture est prête, si elle coule poursuivez la cuisson.
Versez dans des pots stérilisés (propres et passés une 10aine de minutes dans un four à 110°), vissez le couvercle et retournez les pots jusqu'à refroidissement.

D'autres recettes associant la fraise et la rhubarbe? essayez la soupe de fraises à la rhubarbe